de Michael Connely



Éditions Calmann-Lévy mai 2013

On ne présente plus Michael Connely, auteur devenu un grand classique du roman policier américain.
« Le cinquième témoin » doit être son vingt-quatrième roman.
Longtemps il a eu comme personnage principal l'inspecteur Harry Bosh, devenu mythique à mes yeux. J'aimais suivre ses enquêtes et l'évolution de sa vie professionnelle et sentimentale. Cela me convenait bien.
Et puis, Connely a souhaité intégré dans sa série un autre prersonnage récurrent, Mickey Haller.
Connely.jpg Avocat de profession, ce personnage continue à mener des enquêtes sur des faits divers, mais du point de vue de l'avocat de la défense.
Le droit américain est très différent du droit français.
En France, lorsqu'une affaire criminelle est constatée, c'est la police qui mène l'enquête. Ensuite, lorsque l'enquête policière est bouclée, l'affaire passe en jugement devant un tribunal. Il y a l'avocat des parties civiles et l'avocat de la Défense, un juge d'instruction qui a suivi l'affaire auprès des policiers, et et un procureur de la République qui est sensé représenté l’État et l'Ordre, et qui bien souvent porte un réquisitoire contre l'accusé. Les avocats représentent leurs clients, mais développent plutôt les arguties juridiques en fonction des éléments de l'enquête, que de mener eux-mêmes l'enquête.
Aux États-Unis, les avocats sont en concurrence avec les policiers. Chacun peut embaucher des détectives privés, ou enquêter eux-mêmes, pour essayer de contrecarrer les arguments de la partie adverse.
Mickey Haller est dans ce cas. Il est avocat de la Défense, spécialisé qui plus est dans les causes qui semblent désespérées.
Dans « Le cinquième témoin », l'affaire qui se présente est très dans l'air du temps puisqu'il s'agit d'une personne qui est accusée du meurtre d'un banquier qui était sur le point de la chasser de chez elle pour cause de non remboursement des mensualités de sa maison (la crise des subprimes) .
Michael Connely met trop en avant toutes les arcanes de la procédure, le lecteur s'y perd ! Et finit par décrocher de l'histoire elle-même, qui passe presque au second plan.
Du coup le livre, certes crédible et bien informé sur le système pénal américain, aurait tendance à « tomber des mains » !
Dommage !
A quand le retour de Harry Bosh mis en semi-retraite par l'auteur !!!!!