L'as-tu lu ? - Mot-clé - Henning Mankell "Que ce partage littéraire vous entraîne à ma suite et vous fasse apprécier ou découvrir de nouveaux livres, ceux que j'ai aimé!" Andrée Laporte-Daube 2022-11-28T09:34:49+01:00 Andrée Laporte-Daube urn:md5:99f739630097cd9959297a3ff06d8794 Dotclear L'homme inquiet urn:md5:548205ec420aca1a6e76289203da643b 2011-05-06T08:11:00+01:00 Andrée Laporte-Daube Policiers étrangers Henning Mankell <h2>de Henning Mankell<br /></h2> <h3>Éditions Seuil Policiers octobre 2010<br /></h3> <pre></pre> <p>Henning Mankell est né en 1948. Il est suédois. Prolixe, il est l'auteur de nombreuses pièces de théâtre, d'ouvrages pour la jeunesse et de pièces de théâtre, mais aussi créateur d'une série policière où son personnage principal, un inspecteur de police, Kurt Wallander, nous fait découvrir les « dessous » de la société suédoise.<br /></p> <pre></pre> <p>De « Meurtriers sans visage », le premier de la série en 1994, à « L'homme inquiet », sorti en octobre 2010 en France, onze romans policiers dans lesquels Henning Mankell nous entraine à la suite de son inspecteur.<br /><img src="http://www.lastulu.com/public/9782021018783.gif" alt="9782021018783.gif" style="float:right; margin: 0 0 1em 1em;" title="9782021018783.gif, mai 2011" /></p> <p>Comme dans beaucoup de livres policiers, l'auteur développe dans les siens sa perception de la société suédoise, comment il la voit, la ressent. Il analyse en fin observateur les points forts et les faiblesses du système suédois. Sans concession, mais sans aucune acrimonie, avec justesse et tendresse pour son pays, par l'intermédiaire de Kurt Wallander, il raconte, explique, analyse, dissèque, …. Il nous dit ce qu'est la société dans laquelle il vit, la façon dont elle évolue au fil des ans et des sorties de ses livres, avec ses particularismes et ses côtés universels.<br /></p> <pre></pre> <p>Kurt Wallander mène ses enquêtes de façon réaliste, avec ses moments forts, et ses creux, les accélérations et les ralentissements, ses ententes plus ou moins bonnes avec ses chefs successifs et ses collègues.<br /></p> <pre></pre> <p>Et bien sûr, il y a sa vie privée. Sa femme Mona, sa fille Linda, et les vicissitudes de la vie, l'inspecteur qui lui sert de référence, de modèle tout le temps, les amitiés qu'il noue, celles qui se délitent, en un mot, la vraie vie. El la mort qui rode, happe les victimes, parfois les policiers, la violence, l'injustice ….<br /></p> <p>Au fil des ans, il était bon de retrouver, de renouer avec Wallander ! Avec son humanisme, sa foi en la vie.<br /></p> <pre></pre> <p>Mais voilà, Henning Mankell a décidé qu'il signait le dernier livre de la série avec « L'homme inquiet ». Henning Mankell nous concocte une histoire de longue haleine, comme il sait si bien le faire. La dernière affaire qui prend une grande partie du temps et de toute l'énergie de Kurt Wallander concerne le sort étrange qui s'abat sur la belle famille de sa fille. Tout en assumant les affaires en cours de son commissariat, il enquête en parallèle, n'hésitant pas par moment à prendre des vacances pour être plus libre de ses mouvements. Il se sent vieillir, cela le trouble beaucoup. Il a passé la cinquantaine, puis la soixantaine, et là, il se sent au pied du mur de la vie active. Que va lui réserver l'avenir, que va-t-il devenir ? « L'homme inquiet », c'est deux histoires en une, une enquête policière, et la prise de conscience aiguë que tout a une fin.<br /></p> <pre></pre> <p>538 pages excellentes. Henning Mankell aurait dû s'arrêter à la 538ème page !<br /></p> <p>Il rajoute une postface, véritable pirouette inutile et qui donne l'impression d'être bâclée ! Pour signaler au lecteur que son cher inspecteur ne mènera plus d'enquête....<br /></p> <p>Il est compréhensible que l'auteur ait eu envie d'arrêter sa série. D'autant qu'il a d'autres cordes à son arc et que ses romans africains notamment sont remarquables.<br /></p> <pre></pre> <p>Mais je trouve vraiment dommage que lorsqu'on arrête de lire le livre, c'est cette dernière et bizarre impression qui reste inévitablement, qu' Henning Mankell n'a pas su comment en finir avec Wallander. Vraiment dommage.<br /> Je vous conseille donc d'arrêter de lire le livre à la 538ème page !</p>